février 2008

La Base régionale de loisirs de la Corniche des forts

Petite histoire locale du gypse

Le plateau de Romainville a longtemps été un des centres de l'exploitation du gypse, roche à partir de laquelle est fabriqué le plâtre. À cela, rien d'étonnant, car l'Île-de-France est la région de l'Hexagone où l'on trouve les gisements les plus importants. Avant 1700, l'exploitation du gypse restait limitée. Mais au cours du XVIIIe siècle, la demande augmente, notamment à cause du décret de Louis XIV, obligeant le plâtrage des façades des maisons à colombages afin de limiter les incendies. Pour répondre à cette demande, les carriers poursuivent l'exploitation des couches de gypse en souterrain. Dans le même temps, carrières de gypse et usines à plâtre se multiplient tout autour du plateau de Romainville : à Bagnolet, Romainville, Pantin et aux Lilas, tout juste créés.
Mais ces exploitations ne constituaient pas une activité sans danger. Le plus grand risque dans les plâtrières sont les fontis, vides naturels dus à la dissolution des masses de gypse. Selon l'épaisseur de la couche superficielle et le poids supporté, la voûte du fontis résiste ou s'affaisse. Dans les carrières du plateau de Romainville, les accidents furent assez fréquents au cours des siècles. Mais il fallut attendre un éboulement en 1899 pour que soit décidée la fermeture définitive des carrières pantinoises.
À la même période, les plâtrières sont remblayées unes à unes, aux Lilas comme ailleurs, souvent avec les terres extraites des chantiers du métro.