décembre 2008

Les actions d'accompagnement en direction des Seniors

Accompagner les Seniors, une mission clé pour la Ville

Selon vous, que faut-il privilégier pour améliorer la vie des séniors ?

Il est important de faciliter l'accès aux aides et services aux Seniors et les activités qui permettent de rencontrer d'autres personnes. Car plus les personnes sont âgées, moins elles sortent. Elles ont pourtant beaucoup de choses à apprendre aux jeunes.

Les soins à domicile sont très importants car beaucoup de gens tiennent à rester chez eux. Proposer des loisirs aux Seniors est aussi une bonne chose. Moimême, je fais du tennis de table au club des Hortensias et participe aux loisirs de la résidence Marcel-Bou.

Maintenir les personnes chez elles me semble primordial. Elles restent dans leurs meubles, dans leurs souvenirs. Pour le moral, c'est important. Il faut aussi favoriser le lien social car quand on vieillit, on se retrouve parfois isolé.

Les personnes âgées se sentent parfois inutiles. Leur permettre de rencontrer du monde les aide à se trouver un rôle. Ils peuvent aussi donner un coup de main aux nouvelles générations.

Les aides et les services à domicile sont nécessaires au quotidien aux personnes qui ne peuvent plus se déplacer. Il faut donc continuer en ce sens.

Il faut proposer des activités culturelles et des loisirs aux personnes âgées pour les sortir de chez elles car beaucoup sont seules et hésitent à faire des choses, malgré leur envie.

Le terme « Seniors » regroupe des situations et des âges bien différents.
Et si, d'un côté, on a souvent toute sa jeunesse à soixante ans, de l'autre, l'allongement de la durée de vie engendre de nouveaux défis et de nouveaux besoins.
Loisirs, aide à l'autonomie, prévention, le large spectre des services aux Seniors proposés par la municipalité des Lilas tente de répondre à ces différentes réalités.


Soixante repas sont livrés chaque jour à domicile par les services municipaux.

Jeudi matin, 10 heures. Au club des Hortensias, l'atelier peinture sur soie démarre tout juste. Elles sont une dizaine dans la grande salle à laisser libre cours à leur imagination. Et l'explosion de couleurs pastel sur les écharpes qu'elles confectionnent détonne avec la grisaille du dehors. Après un café, elles s'appliquent à l'ouvrage.
Cet atelier, Jeannine et les autres ne l'auraient raté sous aucun prétexte. Sous la houlette d'Odile Allard, animatrice à plein temps au club des Hortensias, il est proposé deux fois par an. Mais pour les participantes, ce n'est pas un problème.
« On apprend à employer la peinture et donc à pouvoir refaire des foulards chez soi. » Chacune s'affaire, va jusqu'à la table d'à côté pour regarder ce que fait la voisine. On discute, on se conseille.
L'atmosphère est légère et gaie, à l'image des étoles qui prennent forme doucement. Jeannine fréquente cet endroit depuis sept ans. « À la mort de mon mari, je suis restée quatre ans à végéter, enfermée sur moi-même. Et puis, je suis venue ici. »
Ce qu'elle y a trouvé ? « La camaraderie, des amis et des activités toujours renouvelées. »

Maintenir le lien social

Couture, théâtre, tarot, tricot, art floral, aquagym : à soixante-dix-huit ans, Jeannine profite de ces nombreuses animations, participe aux sorties et vient, en fonction de son temps libre, jusqu'à quatre fois par semaine.
Rattaché au centre communal d'action sociale (CCAS), le club des Hortensias existe depuis 1989. Il compte cette année sept cent cinq adhérents.
Ses objectifs : « Être un lieu de vie, proposer des activités diverses pour tous les Seniors et favoriser le lien social pour vivre le mieux possible ensemble », résume Stéphane Trancart, son responsable.
De fait, à l'heure des ateliers, les locaux retentissent d'éclats de rire et de voix. Une quinzaine de rendezvous sont régulièrement proposés, des jeux à la pâtisserie en passant par l'anglais, les échecs, l'écriture ou les goûters dansants. Et les jours de semaine, on peut déjeuner sur place.
« L'objectif de la politique municipale concernant les Seniors est aussi de multiplier les rencontres entre générations, notamment par des actions avec les écoles ou les centres de loisirs. Cela, non pas pour répondre à un effet de mode, mais pour donner du sens à l'échange, quel que soit son âge, à travers la transmission de savoir-faire, de savoir-vivre ou, plus simplement, du plaisir d'être ensemble… », assure Nathalie Célarié, directrice du pôle Seniors du CCAS.
C'est justement dans cette idée d'échanges de savoirs que s'est créé le club des usagers des Hortensias, dont le rôle est de proposer la mise en place d'ateliers nouveaux, autogérés par les Seniors : cuisine, bricolage, informatique…
Ces loisirs demeurent cependant bien éloignés des besoins de certains Seniors qui, eux, ne peuvent pas se déplacer ou plus difficilement. Afin de permettre leur maintien à domicile et une relative liberté de mouvement, aux Lilas, plusieurs services leur sont proposés.
En fonction de leurs ressources et de leur autonomie, après une évaluation médico-sociale réalisée par un médecin et une infirmière spécialisés du centre municipal de santé, les retraités peuvent solliciter une allocation personnalisée d'autonomie auprès du conseil général (Adpa).
Plus généralement, les aides à domicile permettent à ceux qui en ont besoin d'être accompagnés pour les gestes les plus simples : se lever, s'habiller, se nourrir.

L'autonomie avant tout

Au quotidien, aider, accompagner, c'est le rôle des vingt-huit agents sociaux du CCAS, qui voient en moyenne sept personnes par jour. Ils doivent coller au rythme de la personne, à ses heures de lever, de déjeuner… et s'adapter le mieux possible à la personnalité de chacun.
Le portage de repas est un autre service proposé sur la ville. Il est offert sept jours sur sept et les personnes qui l'utilisent y participent financièrement en fonction de leurs ressources. Environ soixante repas sont distribués tous les jours. Leur tarif varie entre 1,80 et 9,10 euros.
Le Canari offre, quant à lui, un transport gratuit sur de petits trajets. Ce véhicule est à la disposition des personnes handicapées, âgées ou à mobilité réduite, afin qu'elles puissent aller chez le médecin, voir un ami, faire des courses ou encore des démarches administratives.
Le dimanche et en période de vacances, c'est la section locale de la Croix-Rouge qui prend le relais et transporte sur demande. Et, si 67% des courses effectuées par le Canari sont médicales, il est aussi utilisé pour se faire plaisir.
Ainsi, tous les dimanches, deux dames des Lilas se font-elles conduire au marché ! Lorsque le déplacement sort des limites de la ville, c'est le Pam93 qui prend le relais. Service public de transport collectif, cette prestation est toute fois payante et son coût dépend de la destination : intra-muros ou hors département.
Ce service est avant tout dédié aux personnes handicapées de Seine-Saint-Denis, pour un usage régulier (travail, loisirs) ou plus ponctuel. Son amplitude horaire permet une utilisation variée : sortie, cinéma, rendez-vous…
Faciliter le quotidien des Seniors qui vivent encore chez eux, est évidemment la priorité.