mardi 04 juin

Des citoyens en herbe fraternels

Conseil des élèves citoyens

Le Conseil des élèves citoyens des Lilas a travaillé toute l'année sur le thème de la fraternité. Points d'orgue de son action, en mai : un débat avec le philosophe Abdennour Bidar et une chaîne humaine réunissant 1 800 jeunes Lilasiens.

« La fraternité, c'est quand on se sent proche de quelqu'un, spécialement quand cette personne souffre. La fraternité c'est le partage, c'est une valeur de la République française ». C'est en ces termes simples, accessibles, qu'Abdennour Bidar, philosophe et président du mouvement Fraternité générale, s'adressait aux élèves du Conseil des élèves citoyens des Lilas le 14 mai dernier. Depuis 4 ans, le Conseil des élèves citoyens réunit les délégués de classes de CM1, CM2 des écoles des Lilas et ceux de 6e du collège, autour d'une thématique. Cette année : la fraternité. Les classes s'emparent de la thématique en l'approfondissant sous un angle qu'elles ont choisi, à travers des travaux divers, des débats, des arts plastiques… Parallèlement, de grandes actions sont menées.

Pourquoi être fraternel ?
Cette année, un invité prestigieux donc, Abdennour Bidar, est venu aux Lilas rencontrer le Conseil des élèves citoyens pour un débat. Celui-ci a été particulièrement nourri et enrichissant. Avec pédagogie et bienveillance, l'ancien professeur de philosophie s'est prêté au jeu des questions réponses. « Pourquoi vous êtes-vous intéressé à la Fraternité ? » lui demandait une élève de CM2 de Paul-Langevin : « Je me suis rendu compte à quel point j'avais besoin des autres », a répondu le philosophe. « Peut-on être fraternel avec une personne mal intentionnée ? » interrogeait Clémentine (CM2 Romain-Rolland) : « Il ne faut jamais présager des intentions de l'autre, être ouvert sans être naïf tout de même. La fraternité demande de la franchise et de la sincérité et il faut que ce soit réciproque ». « Pourquoi doit-on être fraternel ? » questionnait un autre élève : « Car nous sommes tous égaux, nous sommes tous des êtres humains. Il faut être fraternel car il faut être juste » déclarait le philosophe.

Etre sensible à l'autre
La qualité des échanges, la maturité des élèves a démontré s'il en était besoin l'intérêt de ce Conseil citoyen. « Nous l'avons mis en place pour faire en sorte que les élèves deviennent des citoyens autonomes, qu'ils apprennent à penser par eux-mêmes, et qu'ils puissent décider de leur comportement en connaissance de cause » explique Pierre Gambini, directeur de l'école Paul-Langevin. Deux jours plus tard, le Conseil des élèves citoyens réalisait une nouvelle action d'éclat. Pour célébrer la journée de la Fraternité, le 16 mai, 1 800 élèves de toutes les écoles des Lilas et les 6e du collège, portant un T-shirt blanc customisé sur le thème de la fraternité, ont formé une chaîne humaine au parc municipal des sports. Autour de ce temps fort, de nombreuses écoles ont réalisé des actions : mur fraternel à l'école Waldeck-Rousseau, exposition des travaux sur la fraternité à l'école Paul-Langevin, déjeuner fraternel à la cantine… « L'objectif de cesactions est de se parler, d'être plus sensible à l'autre » souligne Pierre Gambini. Pari réussi !


Agenda