Eva Jospin, au milieu du chemin

Culture / Loisirs
09 octobre
14 décembre 2019

Eva Jospin, au milieu du chemin : du 9 octobre au 14 décembre, espace culturel d'Anglemont

 

Le voyage mis en scène par Dante dans la Divine Comédie débute dans une forêt. Ayant perdu son chemin, le poète est immergé dans l'obscurité d'un bois « sauvage, épais et âpre ». Amorce d’une quête initiatique, le premier vers du poème est aussi la porte d'entrée de l’exposition que le centre culturel Jean-Cocteau consacre au travail d’Eva Jospin. 

Le motif de la forêt est au cœur des recherches plastiques de l’artiste. Telle une obsession, Eva Jospin en étudie avec minutie les formes, la profondeur, en réalisant des œuvres qui interrogent sa puissance évocatrice. Il ne s'agit pourtant pas d’études sur le motif : la nature qu'elle façonne dépeint un espace mental qui ébranle le spectateur, que ce soit par le truchement de la tridimensionnalité ou du simple crayon.

L’artiste restitue la puissance architecturale de la forêt dans des pièces monumentales en carton brut qu’elle découpe, superpose, ponce et cisèle pour créer des bois denses en haut-relief. Parallèlement, ses dessins, à l'allure de frises labyrinthiques, en esquissent l'atmosphère onirique et hypnotique. Tels des décors, ces paysages mystérieux envoutent le visiteur qui devient acteur et spectateur de son propre imaginaire. 

Figuration en trompe l'œil autant qu’abstraction monochrome, la forêt-théâtre d'Eva Jospin interpelle le spectateur, ouvrant à une multitude de lectures. Tantôt berceau transculturel de contes et légendes, denrée marchande ou espace de résistance politique, la forêt reflète, à travers la subjectivité de nos émotions et expériences, un espace apaisant ou terrifiant, de perte ou de découverte. L'œuvre est « ouverte », écrit Umberto Eco, le spectateur en est le scénariste.

Le choix du carton, matériau modeste et périssable que l'artiste récupère et transforme en œuvre, est également signifiant. De l’arbre au carton, du carton à l’arbre, Eva Jospin instaure une réflexion poétique sur la transformation de la nature par l’homme, en renversant son cycle de production. Emblème d’une société de la consommation immédiate et du libre-échange, le carton se plie au temps long de la création artistique et s’inscrit dans une iconographie millénaire, exprimant dans ce paradoxe la fragilité de la relation qui lie l'homme contemporain à la nature.         



Autour de l'exposition


OCTOBRE

MER. 09 ● 18h30    Vernissage de l’exposition, en présence de l’artiste
Lecture de textes poétiques de Dante et Kenzaburō Ōe par le comédien Antonio Interlandi.

 

NOVEMBRE

JEU. 07 ● 19h          Tout savoir sur la forêt
Echange avec Jean-Marie Luce, ancien chercheur en écologie forestière au Museum d'Histoire Naturelle

SAM. 09 ● 15h         Visite de l’exposition avec le commissaire de l'exposition

SAM. 16 ● 10h        Histoires de... forêts (à partir de 4 ans)
Des histoires pour rire, se faire peur, rêver, voyager…  lues par les  bibliothécaires, immergés dans la forêt d'Eva Jospin.

MER. 20 ● 19h       Ciné-conférence ODC  « Les bois de Roumanie » (Auditorium)

SAM. 30 ● 15h       Biblio'fil + visite avec le commissaire de l’exposition
Partagez vos coups de cœur, échangez sur vos lectures, profitez des conseils des autres lecteurs et des bibliothécaires à partir d’une sélection d'ouvrages sur le thème de la forêt.


DÉCEMBRE

JEU. 05 ● 15h          Causerie autour de l'abeille et de la forêt avec l'association Le Rucher des Lilas

SAM. 07 ● 15h          A fleur d'écorce (tout public)
La conteuse Mathilde Van den Boom vous propose une traversée poétique des forêts d'Eva Jospin.

SAM. 14 ● 15h        Présentation et signature du catalogue de l’exposition avec Eva Jospin, René de Ceccatty (auteur et traducteur) et Laure Vasconi (photographe)




Espace culturel d'Anglemont

35 place Charles-de-Gaulle 93260 Les Lilas
01 48 46 07 20