Le parc Lucie-Aubrac est ouvert tout l'été de 8h à 23h jusqu'au 1er septembre inclus.

Aménagement du Fort des Lilas : la concertation débute

Cadre de viePublié le
13 mai 2019
- Mis à jour le
15 mai 2019
Fichier joint infos_lilas_n191__dossier_.pdf

Le Fort est l'un des 51 sites retenus dans le cadre du concours Inventons la métropole du Grand Paris. Innovant et ambitieux, le projet lauréat, présenté par le groupement Cibex, respecte les exigences fixées par la Ville : désenclavement et revitalisation d'un quartier au départ conçu sans lieu de vie commerciale et culturelle ; préservation du patrimoine écologique remarquable du site ; mise en valeur de la dimension mémorielle du lieu ; installation d'activités économiques, artisanales, associatives, culturelles et de loisirs... Depuis les résultats du concours, des discussions se sont nouées entre la Ville, Cibex et l'État, propriétaire du Fort, pour aboutir à un projet pleinement fidèle aux orientations fixées.
Peuvent désormais s'ouvrir le dialogue et la concertation : aux Lilasiens de s'emparer du projet, de le modifier selon leurs aspirations. L'enjeu est de taille : façonner le visage des Lilas de demain en restant fidèle aux Lilas d'hier et d'aujourd'hui.

Fort de Romainville - projet

En savoir plus sur le Fort

A qui appartient le Fort ?
Construit entre 1844 et 1848, le Fort (3,3 ha) est actuellement propriété de l'État, du Ministère de la Défense. Ses terrains en partie basse sont séparés du site de TDF par un talus qui fait partie du site à aménager. La partie autour du Fort (1,45 ha), appelée glacis, est propriété de la Ville.

Pourquoi est-il aussi connu sous l'appellation Fort « de Romainville » ?
A l'époque de sa construction, de 1844 à 1848, le Fort était situé sur une portion du territoire de Romainville ultérieurement rattachée aux Lilas (la création de la commune des Lilas, à partir de parties de Romainville, Pantin et Bagnolet, datant de 1867).

Le Fort est-il occupé ?
Le Fort est actuellement inoccupé, hormis la zone appartenant à TDF. Au début des années 2000, il abritait encore les réserves du musée national de la Marine, mais ces collections ont été déménagées Dugny en 2016.

Quelles sont les orientations fixées par la Ville ?
En 2016, en soumettant le site du Fort des Lilas au concours « Inventons la Métropole du Grand-Paris », la Ville a fixé les orientations prioritaires de l'aménagement du site :

• la valorisation du patrimoine mémoriel , notamment par la création d'un Mémorial National dédié aux Femmes dans la Résistance et la Déportation, unique en France. Le Fort a, en effet, été un camp d'internement au sein duquel une majorité de femmes ont transité vers les camps de la mort, durant la Seconde Guerre mondiale.

• la préservation du talus, la partie du site où la nature a repris ses droits et l'aménagement d'une coulée verte le long des remparts du Fort.

• le développement d'activités économiques, culturelles (start-ups, métiers de l'artisanat, de l'art, de la culture), associatives et de lieux de vie et de convivialité.

• l'ouverture du site en liaison douce vers le quartier de l'Avenir et le boulevard Jean-Jaurès pour insérer ce nouveau quartier au reste de la ville.

• des logements, mêlant accession à la propriété et logements étudiants sociaux, dans le Fort ou sur le glacis, se limitant à une densité raisonnable.

L'aménagement du Fort : un atout pour le quartier de l'Avenir
Le quartier de l'Avenir a été construit au début des années 1970 sur des terrains vendus à la Ville par l'Autorité militaire en 1967. C'est un ensemble de 8 tours de 16 à 17 étages et un immeuble courbe de 8 étages achevé en 1972. Aucun lieu de vie n'a été prévu, conférant ainsi au quartier un statut de « cité dortoir ». L'aménagement du site est une réelle chance de réparer ce qui a été mal pensé, de créer des lieux d'activités, d'animations et de vie, d'intégrer pleinement le quartier au reste de la ville.

Evolutions et étapes du projet

Le concours « Inventons la Métropole du Grand-Paris »

Huit projets d'aménagement ont été présentés par différentes équipes. Un jury composé de représentants de l'État, d'Est Ensemble, de la Métropole du Grand Paris et de la Ville a retenu d'abord trois projets puis, le 18 octobre 2017, un lauréat : le projet « Grand Lilas » présenté par Cibex, qui respecte les aspirations de la Ville et de ses partenaires.
La Ville et ses partenaires, l'État, la Métropole et Est Ensemble ont engagé des discussions avec Cibex pour affiner le projet. Cette phase de négociation, prévue pour durer jusqu'à 18 mois, arrive à son terme. Commence aujourd'hui une phase de concertation et de co-élaboration avec la population.

 

Des changements majeurs ces derniers mois

Début 2019, devant les risques de glissements de terrain concernant Les Lilas, Pantin et Le Pré Saint-Gervais, la Préfecture a prescrit un nouveau Plan de prévention des risques de mouvement de terrain. Des zones jusque là classées en « aléas forts » sont désormais considérées en « aléas très forts ».
Une partie du glacis du Fort est concernée par cette modification qui rend quasi impossible la construction.
Cet aléa rejoint la volonté de la municipalité de préserver de toute construction les parties du glacis arborées et, à l'inverse, d'y planter des arbres supplémentaires.
Les conséquences sont doubles : les constructions de logements se feront davantage dans le Fort que sur le glacis et seront moins nombreuses que prévu initialement.

 

Des acteurs nombreux, aux interactions complexes

La municipalité conserve la maîtrise de la constructibilité des sols dans le Fort via son PLU (Plan Locale d'Urbanisme) : elle entend le faire valoir pour que le projet réponde aux intérêts des Lilasiens. Cependant, l'État reste propriétaire du foncier. Tout projet doit donc être avalisé par ces deux acteurs... sauf à imaginer que l'État n'adopte, un jour, une mesure dérogatoire lui permettant d'aménager le Fort en vertu de son seul intérêt.

Le projet d'aménagement du Fort à ce jour

Un Mémorial National dédié aux Femmes dans la Résistance et la Déportation

Fort de Romainville - projet

Six casemates du Fort, dont celle comprenant de nombreux graffitis de prisonniers, seront aménagées pour accueillir le futur Mémorial National dédié aux Femmes dans la Résistance et la Déportation. Ce projet de musée d'histoire vivante à vocation mémorielle, historique et pédagogique, à été exposé par la municipalité des Lilas dès 2002, il y a désormais 17 ans et l'aménagement du Fort va permettre sa réalisation, ainsi que l'aménagement du « mur des fusillés » où furent assassinés par les nazis les derniers otages, afin de renforcer la dimension mémorielle.

 

Un nouveau quartier ouvert sur l'Avenir et sur la ville

Le Fort sera ouvert sur le quartier de l'Avenir mais aussi vers le boulevard Jean-Jaurès. La place de la voiture y sera réduite au maximum et le Fort sera dédié entièrement aux circulations douces pour désenclaver cette partie de la ville. D'autre part, les villes des Lilas, Romainville, Noisy-le-Sec, Bobigny, le territoire d'Est Ensemble et le département portent un projet de téléphérique urbain reliant la ligne 5 (au niveau de la plaine de l'Ourcq) à la ligne 11 prolongée au quartier des Sentes. S'il voit le jour, une station sera ouverte au nord est du site, à proximité de l'actuelle halle de l'Avenir.

 

Préserver le patrimoine écologique, garantir une haute exigence environnementale

Fort de Romainville - projet

Les aménagements du nouveau quartier répondront à de hautes exigences environnementales : une forêt (le bois des Lilas) sera créée sur le talus actuel du Fort, tous les toits seront végétalisés, des panneaux solaires permettront de produire de l'énergie propre, une ferme urbaine 13 800 m2 sera créée. Les activités qui s'installeront dans quartier seront tournées autour de l'économie sociale et solidaire et de l'environnement.

 

Des lieux de vie, des lieux d'activité...

Fort de Romainville - projet

Autour d'une place centrale (la place des arts), les immeubles comprendront des locaux d'activités en rez-de-chaussée avec l'installation de start-ups, d'espaces de co-working, de United Kitchens (incubateur culinaire proposant des espaces aux entrepreneurs de l'alimentation durable), d'un lieu indépendant de création et de diffusion artistique (la coopérative culturelle Mains d'OEuvres implantée à Saint-Ouen).

Les casemates restantes le long des parois du Fort seront utilisées pour implanter des activités artisanales ou offrir des locaux adaptés à des associations locales. L'ancienne caserne sera réhabilitée pour devenir un hôtel doté d'un restaurant au rez-de-chaussée. Des lieux de service public seront reconstruits : un nouveau gymnase et une nouvelle halle de tennis de table.

 

Un site remarquable à la vue imprenable

Fort de Romainville - projet

Situé sur l'un des points culminants de l'Ilede- France, le Fort offre une vue imprenable, notamment sur Paris et la plaine de France. Une terrasse sera notamment installée au dernier étage de l'un des bâtiments afin de permettre aux visiteurs de profiter d'un magnifique panorama.

 

Moins de logements que prévu initialement

Un quartier n'est rendu vivant que par la présence de ses habitants. De surcroît, la construction de logements contribue au financement de l'aménagement du nouveau quartier et permet de répondre en partie à la demande de logement aux Lilas. Cependant, il convient de conserver une densité raisonnable et de préserver une réelle mixité entre logements sociaux étudiants et logements en accession. Compte tenu de la nouvelle réglementation sur la prévention des risques de glissement de terrain, les logements seront moins nombreux qu'initialement prévus et pourraient se trouver davantage dans le Fort que sur le glacis.

Co-construire le projet avec les habitants

Aujourd'hui débute une large concertation avec les Lilasiens, et particulièrement avec les habitants du quartier de l'Avenir. Le but :
co-élaborer un projet qui suscite l'adhésion des Lilasiens en répondant aux enjeux d'aujourd'hui et de demain.

Une première réunion de concertation

Une première réunion de concertation se tiendra le mardi 14 mai 2019 à 19h à l'école Paul-Langevin (17-19 rue Paul-Langevin). Les élus de la Ville viendront présenter le projet choisi lors du concours « Inventons la Métropole du Grand Paris » et les évolutions intervenues depuis, en présence de Cibex et de futurs partenaires du projet.

Deux visites du Fort pour s'imprégner des lieux

Afin de faire découvrir le site à la population et d'en appréhender l'ensemble des dimensions (mémorielle, environnementale, économique…), la Ville va organiser deux matinées de visite du Fort avec les équipes de Cibex.

• Samedi 25 mai 2019 de 9h à 12h n
• Samedi 8 juin 2019 de 9h à 12h

Les visites dureront 30 minutes par groupe de vingt personnes (en vertu de la réglementation du Ministère de la Défense).
Inscription obligatoire du 14 au 30 mai inclus : Tél. : 01 55 82 18 46 ou visitedufort@leslilas.fr

Une maquette et une exposition

Une maquette et une exposition seront réalisées pour permettre à chacun de connaître le projet. Elles seront visibles dans le hall de la Mairie et dans le quartier de l'Avenir.

Des ateliers dès la rentrée

A l'automne, la Ville organisera des ateliers de travail avec les habitants sur les différents aspects du projet. Les modalités et les thématiques de ces réunions restent à définir et seront précisées au cours de la concertation.

Commentaires

Claude Ermogeni
Premier Maire-adjoint en charge de l'urbanisme, de l'habitat, des bâtiments communaux et des transports

Lionel Benharous
Maire-adjoint en charge des démarches participatives

La ville est un corps vivant. Les époques la transforment, les habitants successifs la modèlent. Si rien n'est plus enthousiasmant que d'imaginer et de bâtir la ville de demain, rien n'est plus difficile aussi… Tel est pourtant le défi qui nous est collectivement lancé par l'aménagement du Fort des Lilas.

Car c'est un nouveau quartier qui surgira de ce site, fermé depuis des décennies sauf pour de rares visites ou commémorations. Ce quartier, aussi innovant soit-il, devra rester fidèle à l'identité des Lilas et être à l'image de la ville dans laquelle les Lilasiens aspirent à vivre.

Il devra respecter l'histoire des Lilas, en l'occurrence les heures sombres de la Seconde Guerre mondiale puisque le Fort fut un point de départ vers les « camps de la mort » dont, le plus souvent, les déportés ne revinrent pas. Un mémorial renforcera la dimension du souvenir, notamment celui des Femmes dans la Résistance et la Déportation afin de la transmettre aux générations actuelles et à venir. Il devra s'intégrer au reste de la ville et en particulier au quartier de l'Avenir.

Il devra être durable et respectueux de l'environnement. Créer un « bois des Lilas » de plusieurs centaine de beaux et grands arbres, produire de l'énergie « propre », pratiquer l'agriculture urbaine et biologique, végétaliser la ville et les toitures...

Il devra être un lieu de vie et d'activités. Des entreprises innovantes, des activités artistiques et culturelles, des équipements sportifs, des lieux de convivialité, des restaurants, des cafés, des associations… permettront rencontres et échanges dont la richesse font la spécificité si attachante des Lilas.

Il devra mettre en valeur le caractère exceptionnel du site, en permettant à tous d'admirer le point de vue unique qu'il offre sur une large partie de l'Ile-de-France.

Bien sûr, tout n'est pas simple. Un accord devra être trouvé avec l'Etat, propriétaire du Fort. Les contraintes techniques sont réelles et les enjeux financiers importants. Mais le défi en vaut la peine car il ne s'agit de rien d'autre que de façonner Les Lilas des décennies à venir tout en restant fidèles aux Lilas d'hier et d'aujourd'hui ! Le relever nécessitera de réfléchir ensemble - ville, résidents du quartier, habitants des Lilas, associations….

C'est ce processus de co-élaboration qui s'ouvre aujourd'hui : nous ne doutons pas qu'il sera riche et fructueux.